L’Apparition

Jacques (Vincent Lindon) est grand reporter pour Ouest France. Alors qu’il vient de perdre son plus cher ami, photographe de guerre, et s’enferme dans la solitude et la culpabilité, il reçoit un étrange appel du Vatican : l’Evêque lui propose de rejoindre une commission d’enquête canonique et de constituer un dossier sur les prétendues apparitions de la Vierge dans le sud-est de la France. Le journaliste rencontre alors la communauté religieuse du village alpin, où se rassemblent des milliers de pèlerins, ainsi que la célèbre voyante, Anna, une jeune fille de dix-huit ans.

L’Apparition est la rencontre entre le monde du journalisme et des enquêtes de terrain et celui de la religion, de la foi catholique en particulier. Jacques appartient au premier : il croit aux faits, aux preuves et cherche la vérité. La communauté religieuse, elle, admet les faits surnaturels dans la mesure où ils sont validés par l’Evêque. Jacques apprend que dans la tradition catholique, une tâche de sang de groupe sanguin AB+ est généralement attribuée au Christ et ce genre d’acceptation non-scientifique, bien loin de ses méthodes personnelles d’investigation, bouleverse ses certitudes. Au contact d’Anna, qui fait immédiatement confiance au journaliste, Jacques évolue, admet une part de mystère et, loin de trouver toutes les réponses, accepte de se poser une multitude de questions. L’Apparition interroge sur les différentes manières de croire et sur les signes et leurs sens. « Vous croyez aux signes, maintenant ? »

La Vierge du Houras, Laruns (Pyrénées-Atlantiques). 2017

L’Apparition s’inscrit dans la spiritualité mais ne néglige pas la matérialité des choses. Les icônes et les chapelets envahissent l’écran et le Père Anton représente l’exploitation commerciale du message de paix et d’amour délivré par la Vierge. Dans la tradition catholique, toucher les objets du culte est un geste sacré : Anton demande à Anna de toucher les effigies de la Vierge qu’il s’apprête à envoyer aux quatre coins du monde ; elle-même est révérencieusement effleurée par une multitude de pèlerins lors de ses sorties à l’église. L’Apparition fait la part belle au corps et aux sens. Corps comme objet de culte ou symbole de martyre mais aussi mains qui se serrent en prison ou à l’église. Alors que ses oreilles font souffrir Jacques, sa vue, brouillée par la tristesse et les plaques de carton qui couvrent ses fenêtres, se dévoile peu à peu. Yeux, vue, vision, regard, c’est ce qui consume Anna et ce que le réalisateur réclame de Vincent : « Donne-moi ton regard. » Ce sont ces échanges de regards qui semblent nourrir des personnages qui quittent la table du restaurant ou refusent de s’alimenter.

Car L’Apparition est avant tout la rencontre entre deux personnages, Jacques et Anna, qui s’élisent alors qu’ils appartiennent à deux mondes très différents. Le journaliste enquête sur une jeune fille esseulée, une adolescente baladée de foyers en familles d’accueil. Il y a quelque chose de touchant dans l’élection de ces deux êtres que tout semble opposer : le sexe, l’âge, la religion, le cadre familial et social. Pourtant ils ont un point commun indéniable : Jacques et Anna ont connu une histoire d’amitié si fusionnelle que, dans chacun des cas, l’un s’est sacrifié pour l’autre. Et c’est à cette amitié exceptionnelle que le journaliste dédie sa quête.

Xavier Gianolli signe un film original, d’une émotion pudique, qui réunit un grand acteur et un sujet foisonnant : la communauté religieuse et la question de la foi. L’Apparition est un récit qui marque et touche en profondeur, qui fait réfléchir sur la quête de la vérité mais surtout sur la sincérité et l’élection inexplicable de certaines relations humaines.

Xavier Gianolli. L’Apparition. Avec Vincent Lindon et Galatea Bellugi. 2018

Publicités

Des nouvelles de(s) Vincent

Vincent Lindon dans Rodin de Jacques Doillon (2017)

Jacques Doillon filme Rodin à la tâche. Selon le sculpteur, avant d’être un artiste, il faut être un bon ouvrier. Le talent naît du travail. Alors Vincent Lindon plonge les mains dans le plâtre, malaxe, façonne, crée. Chaque geste est soigné, travaillé, méticuleux. Lindon marmonne, grommelle. Rodin est un homme dur, froid, un travailleur acharné. Alors, lorsqu’il rencontre la vive Camille Claudel, la matière crépite, les sens sont en ébullition, la passion fait déraisonner et de l’explosive rupture, qui transforme l’ouvrier en artiste avant-gardiste, sort un des plus grands scandales de l’histoire de la sculpture française…

Festival de Cannes 2016

Petite séance de rattrapage …

Vincent Lindon dans La loi du marché de Stéphane Brizé (2015)

Vincent Lindon incarne tantôt l’espoir, tantôt la déception, souvent le ras-le-bol et l’abattement mais jamais le renoncement. Au cours de sa quête, il alterne coups de gueule et silences. Ce n’est pas seulement la loi du marché, c’est la loi de la survie. On se bat mais d’abord, on pense à soi, et surtout, on ne fait pas la manche. Le cercle de Thierry se résume à sa femme et à son fils, handicapé. Restreint mais véritable havre de paix au cœur duquel on ne vous ennuie pas avec vos épaules voûtées, votre chemise trop ouverte ou votre CV pas assez clair. Vincent râle, explique, se justifie, écoute aussi et finit par se taire. Vincent a rarement été aussi bavard et, paradoxalement, n’a jamais fait autant sentir la pesanteur du silence.

Vincent Macaigne dans Le sens de la fête d’Eric Toledano et Olivier Nakache (2017)

2014

C’est le beau-frère qu’on se traîne parce que, bon, c’est quand même notre beau-frère. C’est le trentenaire mal dans sa tête, mal dans son corps et mal dans le monde aussi. Amoureux des lettres, ancien professeur de français, pas encore remis de sa dépression et toujours l’air en pyjama. Vincent Macaigne se retrouve un peu malgré lui, faut bien gagner sa vie, sortir la tête de l’eau, au cœur du tourbillon de la préparation d’un mariage de rêve. Lorsqu’il reconnaît la mariée, une ancienne collègue, il troque le costume du laquais du XVIIe siècle des serveurs contre l’habit plus sobre d’un invité. Rien ne l’étonne ni le choque si ce n’est les fautes de français. Vincent mène des combats vains ou se laisse lentement glisser. Emouvant, il incarne à la perfection la douce mélancolie des êtres mal dans leur temps.

Vincent Cassel dans Gauguin d’Edouard Deluc (2017)

Festival de Cannes 2016

Vincent Cassel incarne un peintre talentueux en quête d’inspiration. Laissant femme, enfants et amis à Paris, Gauguin embarque sans argent mais avec un bien plus précieux encore, ses tubes de couleurs, pout Tahiti. Cassel fait du peintre un être ambivalent, tantôt enthousiaste, tantôt sombre, force de la nature, vieillard recroquevillé dans son lit d’hôpital ou artiste méticuleux. A la quête de la vérité originelle, il façonne sa muse Tehura, fait le vide et le plein au sein de la communauté polynésienne dont les valeurs saines sont gangrénées par le colonialisme européen. Vincent incarne l’énergie créatrice et le bonheur simple qui s’essouffle au contact des démons de la civilisation, qu’il ne peut s’empêcher de véhiculer lui-même, malgré lui.

 

Augustine

L’inscription au-dessus de la haute porte-cochère « Hôpital de la Salpêtrière », annonce l’atmosphère : un Paris sale, ténébreux, impitoyable. Le monde des domestiques est à mille lieues sous terre, celui des maîtres émerge péniblement. La science moderne apparaît et tente d’éclairer une société empesée. Figure du 19e siècle, le docteur Charcot (1825-1893) mène des recherches sur l’hystérie. A la toute fin du siècle (1882-1892), l’école de la Salpêtrière donne leur âge d’or aux recherches sur l’hypnose. Hommes de sciences et hommes de lettres portent leur attention sur le sujet-femme, l’objet-femme, la femme-objet. Les recherches témoignent d’une fascination pour le corps féminin née à la fois d’un mythe cauchemardesque de la féminité  et d’un fantasme masculin. Le déchaînement bacchanal d’Augustine répond autant à la peur primitive de l’inconnu qu’au désir, à peine voilé, des hommes médecins, spectateurs applaudissant à chaque exhibition de la sensualité féminine.

Sujette à des crises qui la laissent paralysée, Augustine, incarnée à l’écran par Soko, est hystérique. Jeune, jolie, amoureuse de Charcot, Augustine est un être de sensation et de passion. Profitant du singe-tiers pour se rapprocher sensuellement et non plus seulement médicalement du corps du médecin, Augustine est une tentatrice. Voleuse de pomme, Augustine est une pécheresse. Responsable d’une tension sexuelle croissante, Augustine provoque les maux de Charcot. Bientôt souillée par le sang des règles, Augustine est un être décadent. Vierge, Augustine est un être inachevé, frustré de n’être encore, à dix-neuf ans, accomplie dans le mariage et la maternité. Dans la littérature, Chérie Haudancourt est le pendant romanesque d’Augustine analysé par Edmond de Goncourt : capricieuse, provocante, sensuelle, névrosée jusqu’au dérèglement, emportée par la fatalité de son sexe, morte de n’avoir pas répondu à ses exigences. Augustine et Chérie sont la femme, entre vision angoissée et vision érotisée, telle que la voient les penseurs du 19e siècle, des écrivains aux psychanalystes.

Alors que les cerveaux des médecins s’illuminent, l’hôpital de la Salpêtrière fait l’objet d’une répulsion satanique nourrie par des croyances ancestrales. Prison pour femmes sous la Révolution, lieu de dépravation selon l’Abbé Prévost, fabrique de l’hystérie d’après Maupassant, la Salpêtrière réveille un imaginaire hanté. Les philosophes des Lumières se sont insurgés contre ces lieux des ténèbres où l’être est déshumanisé et renvoyé à un état animal aux instincts exacerbés. Dans La Religieuse, Diderot rédige une satire des couvents, lieux d’enfermement semblables à la prison en ce qu’ils privent du bien fondamental : la liberté. Agir contre la nature développe des frustrations et des névroses. Comme les patientes de la Salpêtrière, les mères supérieures des couvents de Diderot représentent diverses formes d’hystéries : mysticisme, sadisme, sensualité exacerbée… Les témoignages face caméra des aliénées clôturent la boucle de l’enfermement : l’esprit enfermé renvoie au corps enfermé.

La musique inquiétante, la voix sourde d’un Lindon écartelé entre Eros et Thanatos, les éternels costumes noirs, annulent toute espérance. Dans ce monde divisé entre les maîtres et les domestiques, les hommes et les femmes, les médecins et les malades, la figure de l’épouse de Charcot, interprétée par Chiara Mastroianni, incarne une lueur d’espoir. Malgré sa majesté féminine, sa dérision glacée, enfermée jusqu’au cou dans sa robe noire, claustrée dans sa demeure bourgeoise sans vie, assombrie par l’ombre de son mari, elle est balayée. Le rire d’Augustine, s’amusant avec le singe, animal de compagnie de Charcot, seul moment de grâce, est froidement interrompu par un ordre du médecin-maître : « va t’en ». Le souffle est toutefois porté par Augustine qui, guérie, quitte la Salpêtrière sous les yeux du docteur Charcot parmi un entourage floué, une foule troublée. La jeune fille s’éloigne mais la caméra reste figée dans l’enceinte de la Salpêtrière : le spectateur est retenu malgré lui dans le huis clos de l’hôpital.

Alice Winocour. Augustine. Avec Soko et Vincent Lindon. 2012

Tony Robert-Fleury. Philippe Pinel à la Salpêtrière.
Tony Robert-Fleury. Philippe Pinel à la Salpêtrière.