Cours d’Etegami

Ça faisait un petit moment déjà que les stages de Quartier Japon nous faisaient de l’œil, à moi et à ma copine Marie-Anne. On avait déjà été séduites par la dégustation de thé que nous avait conseillée le directeur de l’école japonaise. Mais en cette fin d’année, ce sont de travaux manuels dont on avait envie.

L’école se situe au fond d’une cours très calme qui donne sur la rue de Clichy. Mariko nous accueille dans une salle de classe (le cadre très scolaire sera le seul bémol) et commence très ponctuellement son cours. L’art de l’etegami (littéralement lettre et dessin) est traditionnel au Japon : il est courant d’envoyer à ses proches des pensées personnalisées et illustrées tout au long de l’année. Mariko nous présente une multitude d’exemples, ses créations, étalés au bord des tables.

Avant de commencer à calligraphier, il faut fabriquer son sceau, la signature que l’on apposera sur nos cartes. Il s’agit de creuser dans un morceau de gomme son initiale japonaise en miroir. Mon é est assez simple puisqu’il est symétrique et rectiligne, plus compliqué pour le ma de Marie-Anne. On s’entraîne ensuite à manier le pinceau à calligraphie et l’encre de Chine. Il faut toujours commencer par les contours à l’encre, ensuite on remplit. Pas facile de maîtriser le trait fin et l’exercice de la spirale s’avère bien difficile.

Mariko nous propose de dessiner des fruits de saison qu’elle a apportés, le contour de nos mains ou l’objet de notre imagination. Après l’appréhension du dessin sans trait de crayon préalable, après plusieurs essais au brouillon et le choix de notre sujet, nous commençons la réalisation de nos cartes. La concentration impose le silence au groupe, l’atmosphère devient très calme, presque zen et chacun se doit de chuchoter. Le passage à la couleur fait exploser les créativités. Les choix des teintes, l’intensité de la couleur et les mélanges donnent des résultats très différents. Pour cela, nous utilisons des tubes d’aquarelle et des pinceaux à réservoir d’eau très faciles à manier.

J’ai choisi une composition avec les fruits apportés par Mariko et une création plus épurée : un oiseau bleu sur une branche de cerisier. Mariko nous traduit quelques expressions et les caractères japonais donnent encore plus de style à nos dessins. Les deux heures passent à toute allure et nous repartons avec notre sceau et deux cartes personnelles.

Difficile de quitter cette ambiance. Marie-Anne et moi terminons l’après-midi dans un salon de thé asiatique rue de la Lafayette qui propose une large gamme de desserts et de thés de toute sorte dans une ambiance chaleureuse et atypique (coup de cœur pour les éventails accrochés au pied des tables, bien utiles en cas de fortes chaleurs).

 

Café des chats

J’ai profité de la visite de ma sœur ce week-end pour prendre un goûter au fameux Café des Chats ouvert depuis 2013. Le salon de thé se situe au 9 rue Sedaine (métro Bréguet-Sabin mais on dit Bastille, ça fait plus branché). Ma sœur et moi, on perd toute dignité devant ces mignonnes petits boules de poils. Pas de réservation possible, notre hantise : qu’il n’y ait plus de places. On attend devant le salon vingt petites minutes pendant que les passants se demandent ce qu’on fait là (ah oui c’est le bar à chats !), on regarde les chats à travers la vitrine, on guette chaque mouvement, et n’étant que deux, on passe devant les deux groupes de quatre personnes qui attendaient avant nous (mais pas de scrupules, ils sont rentrés dans les cinq minutes suivantes). On est installées à une petite table de bistrot, pas de fauteuil confortable, rien d’attirant pour un chat. On est finalement déplacées (pour laisser la place à un des deux groupes de quatre), toujours une table de bistrot mais plus centrale et les chats circulent autour de nous, plus qu’à tendre la main.

On commande un chocolat gourmand : un bon chocolat chaud (la tablette fondue quoi), une panna cotta, un mi-cuit au chocolat et une part de cake au thé matcha). La carte est plutôt variée : petits plats et desserts faits maison, boissons chaudes, fraiches, vins, brunchs le week-end.

img_3505

Mais ce sont pour les mignons pensionnaires qu’on vient ici. Certains sont affalés sur les fauteuils (interdiction formelle de déranger un chat !). Quelques uns circulent entre les tables.

img_3516

img_3519

D’autres s’amusent : un chapeau, une ficelle, l’arbre à chats, les petits parcours installés à travers le salon.

img_3513

img_3510

Des petits malins ont trouvé la bonne planque pour échapper aux jeux et aux caresses.

img_3517

Ici, on est comme à la maison, et les chats aussi. Animaux abandonnés, ils ont tous été recueillis par le salon ces dernières années. Chacun a son nom (Zeus, Apollon, Rémus et Romulus, Bastet, Izmir…), son histoire, son caractère.

img_3523

img_3522

Atmosphère joyeuse et familiale dans le café-maison. Décidément les chats apaisent les tensions et attirent les bonnes ondes.