Fashion Freak Show

Projet mégalo ou rêve d’enfant, Jean-Paul Gaultier a travaillé trois ans sur un spectacle aux Folies Bergère retraçant sa carrière depuis les premiers essais de couture sur son ours en peluche jusqu’à ses derniers défilés. Le spectacle mêle danse, vidéo, humour, défilé, chant… Les tableaux s’enchaînent dans un tourbillon de couleurs et de costumes qui défient la loi de la gravité et les proportions des corps. Ceux des hommes ressemblent à ceux des femmes dans les formes et les postures et la brouille des genres fait le charme du spectacle. Les personnalités de la mode défilent à l’écran et sur scène. Malgré la présence de personnages récurrents (la chanteuse, l’incarnation de JPG, l’ours en peluche de sa jeunesse…), il ne faut toutefois pas chercher de discours linéaire dans la juxtaposition des tableaux (les années d’apprentissage sont malheureusement occultées).

Edouard Manet. Un bar aux Folies Bergère. 1882

Jean-Paul Gaultier mise sur le show (ce qui correspond à sa personnalité sympathique mais c’est) au risque de faire passer le monde factice de la fête avant l’art de la haute couture malgré l’éclectisme et le travail des costumes. Celle qu’on désigne star, c’est Dita von Teese, invitée exceptionnelle pour sept représentations, experte en l’art burlesque de l’effeuillage, divine et agaçante à la fois, pourtant bien pâle (c’est le cas de le dire) à côté de la puissante chanteuse rock.

Face caméra, JPG, tout en bonhommie, nous incite à prendre plaisir au spectacle, comme lui a eu du plaisir à le concevoir. Il rappelle qu’il vient d’un milieu modeste et ouvert d’esprit dans lequel on lui a appris à aimer toutes les beautés (dans la limite d’1m80 / 70kg pour les hommes et 1m70 / 55kg pour les femmes).

Un show festif et coloré qu’il faut prendre à la légère mais qui rappelle avec humour les innovations couture de Jean-Paul Gaultier.

Fashion Freak Show. Folies Bergère. Jusqu’au 21 avril 2019