Premières lignes #58

Inspiré d’un fait divers survenu en 1856, Beloved retrace l’histoire de Sethe, une ancienne esclave du Kentucky qui a tué sa petite fille pour qu’elle échappe à son destin malheureux. Plusieurs années après la tragédie, le passé refait surface sous les traits du fantôme de la fillette, devenue jeune femme, et ceux de Paul D., ancien esclave qui avait trimé au Bon-Abri auprès de Sethe et de son mari disparu. La nouvelle famille tente de survivre parmi les morts, les disparus et les fantômes. Un roman difficile (tant l’écriture que le sujet) mais profond sur les souffrances physiques et morales infligées par la privation de liberté.

Lu dans le cadre du Club de Lecture de la Duchesse !

Le 124 était habité de malveillance. Imprégné de la malédiction d’un bébé. Les femmes de la maison le savaient, et les enfants aussi. Pendant des années, chacun s’accommoda à sa manière de cette méchanceté ; puis, à partir de 1873, il n’y eu plus que Sethe et sa fille Denver à en être victimes. La grand-mère, Baby Suggs, était morte et les fils, Howard et Buglar s’étaient enfuis à l’âge de treize ans, l’un, le jour où un simple regard sur un miroir le fit voler en éclats (ce fut le signal pour Buglar) ; l’autre, le jour où l’empreinte de deux petits mains apparut sur le gâteau (cela décida Howard). Aucun des deux garçons n’attendit d’en voir davantage.

Toni Morrison. Beloved. 1987

Les premières lignes sont des rendez-vous hebdomadaires initiés par Ma Lecturothèque. Les Premières lignes des autres participants sont à découvrir sur son blog.

Publicités

Décembre #14

Une centaine de chutes de tissu pour patienter / Retrouver la Marseillaise et la Sarthoise le temps d’une soirée / Retrouvailles amicales le 5 / Noix de Saint-Jacques et album griffonné contre Goncourt des lycéens, petit mot et moment partagé / Participer à une réunion professionnelle au milieu des camemberts / Peser le pour et le contre dans un tableau à double entrée, coefficients à l’appui / Week-end familial, repas désormais traditionnel / Souffler les bougies avec Mimi / Assembler les anses du sac bleu jeans numéro 5 / Envoyer mon dossier à Arcueil, quatre exemplaires, recommandé simple / Remplir mon agenda de numéros de dossiers / Retrouver Pauline dans le deuxième arrondissement pour un thé origami / Participer à un atelier créatif en sous-sol / La bonne odeur du bois / Marquer, mesurer, scier, percer, découper, fixer / Rentrer en banlieue une baguette de fée à la main / Jeu de piste au musée des Arts et Métiers / Découvrir les techniques qui ont mené à l’invention du cinéma / Le triple anniversaire fêté chez Marie-Anne / Une soirée pyjama comme quand on était petites / Se souvenir de nos chorégraphies inventées dans notre chambre d’internat / Découvrir le marché de Noël d’Amiens / Visiter la maison de Jules Verne / Retenir les théories de Copernic, Newton et Képler / Passer une soirée oubliée / Organiser une soirée jeux au collège, toujours la fine équipe / Faire la liste des tâches à effectuer pendant les vacances / Un sapin en biscuits / Un petit mot dessiné par Riad Sattouf / Fabriquer mon premier produit cosmétique / Quarante-huit heures en famille autour du sapin de Noël : repas, jeux, cadeaux et balades / Remplir la hotte de la petite mère Noël / Abandonner le roman chéri des couloirs de métro / Acheter trois places pour le spectacle de Jean-Paul Gaultier / Inaugurer mes pinceaux à eau le dernier jour de l’année / Se retrouver devant le jardin des Plantes illuminé / Partager des burgers festifs / Tenter de s’échapper en imitant Indiana Jones…

D’après une idée de Mokamilla