Premières lignes #57

C’est dans le quatrième tome de L’Arabe du futur que l’on apprend comment le petit Riad a perdu sa blondeur. De 1987 à 1992, entre la Bretagne et la Syrie, le jeune garçon vit une adolescence mouvementée. Les relations avec les autres ne sont pas tendres ; Riad tente de grandir dans une famille déchirée entre deux pays et deux cultures. Le cercle familial est mis à nu ; le portrait du père tyrannique et raciste n’est pas épargné. Heureusement l’humour et l’amour pour le dessin semblent toujours une porte de sortie.

Riad Sattouf. L’Arabe du futur 4. 2018

Les premières lignes sont des rendez-vous hebdomadaires initiés par Ma Lecturothèque. Les Premières lignes des autres participants sont à découvrir sur son blog.

Publicités

Auteur : Eléonore Clélia

Francilienne en semaine, orléanaise, parisienne, angevine, le week-end, littéraire de formation, intriguée par les sciences, tantôt lectrice, amatrice d’art et de culture, tantôt cuisinière ou bricoleuse, bref curieuse, je partage créations, chroniques et coups de cœur qui font mes petits bonheurs quotidiens.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s