Premières lignes #16

Pierre André, un précepteur à la jeunesse passée et aux illusions perdues, revient au pays auprès de sa vieille mère après six ans d’absence. Pendant ce temps, la jeune voisine, Marianne Chevreuse a bien grandi, a perdu père et mère, refusé une installation en ville et éconduit plusieurs prétendants. Alors que les sentiments de Pierre pour la jeune fille s’éclaircissent, un jeune rival cherche à épouser Marianne…

Au cours de cette lecture, j’ai appris un joli adjectif qui rappelle le signe astrologique et annonce l’amour :

sagitté,ée. adj 1778. du latin sagittatus, de sagitta « flèche ». didact. Qui a la forme d’un fer de flèche, de lance. Feuilles sagittées.

Auguste Charpentier. George Sand. 1835
Auguste Charpentier. George Sand. 1835

Quand tu passes le long des buissons, sur ce maigre cheval qui a l’air d’une chèvre sauvage, à quoi penses-tu, belle endormie ? Quand je dis belle… tu ne l’es point, tu es trop menue, trop pâle, tu manques d’éclat, et tes yeux, qui sont grands et noirs, n’ont pas la moindre étincelle de vie. Or quand tu passes le long des buissons, sans soupçonner que quelqu’un peut être là pour te voir paraître et disparaître, – quel est le but de ta promenade et le sujet de ta rêverie ? Tes yeux regardent droit devant eux, ils ont l’air de regarder loin. Peut-être ta pensée va-t-elle aussi loin que tes yeux ; peut-être dort-elle, concentrée en toi-même.

Il lui manquait pour être jolie que d’avoir songé à l’être, ou de croire qu’elle pourrait le paraître.

George Sand. Marianne. 1875

Les premières lignes sont des rendez-vous hebdomadaires initiés par Ma Lecturothèque. Les Premières lignes des autres participants sont à découvrir sur son blog.