Premières lignes #10

manuscript-203465_960_720

Duo célèbre d’écrivains et de critiques littéraires, les frères Goncourt, âmes jumelles, ont marqué leur temps et la littérature du XIXe siècle. Je me demande parfois comment il est possible de rédiger à plusieurs tant l’écriture semble une chose intime. Ce début prouve pourtant l’évidence du projet commun comme si l’un ne pouvait écrire sans l’autre, comme si les deux frères ne formaient qu’un seul être complet… Comme Edmond a dû se sentir seul pendant une longue partie de sa vie, après la mort de Jules !

Ce journal est notre confession de chaque soir : la confession de deux vies inséparées dans le plaisir, le labeur, la peine, de deux pensées jumelles, de deux esprits recevant du contact des hommes et des choses des impressions si semblables, si identiques, si homogènes, que cette confession peut être considérée comme l’expansion d’un seul moi et d’un seul je.

Journal d’Edmond et Jules de Goncourt. 1851-1891.

Les premières lignes sont des rendez-vous hebdomadaires initiés par Ma Lecturothèque. Les Premières lignes des autres participants sont à découvrir sur son blog.

Publicités

Auteur : Eléonore Clélia

Francilienne en semaine, orléanaise, parisienne, angevine, le week-end, littéraire de formation, intriguée par les sciences, tantôt lectrice, amatrice d’art et de culture, tantôt cuisinière ou bricoleuse, bref curieuse, je partage créations, chroniques et coups de cœur qui font mes petits bonheurs quotidiens.

6 réflexions sur « Premières lignes #10 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s