Fondation Louis Vuitton

A la sortie du métro, les semelles rouges descendent des voitures de sport et claquent sur le trottoir. Aux abords du jardin d’acclimatation, le bateau-musée imaginé par l’architecte Franck Gehry (musée Guggenheim de Bilbao, cinémathèque de Paris) hisse ses voiles de verre pour voguer sur l’océan du bois de Boulogne. Version de luxe du château ambulant de Miyazaki. L’impulsive force du feu (Calcifer) chez le cinéaste ; la puissance capricieuse de l’eau chez l’architecte. La tour Eiffel, symbole parisien à la structure métallique rappelant les serres du jardin d’acclimatation, est le phare qui guide le navire. Traversée tumultueuse pour éviter les icebergs, empilement de cubes blancs. A l’intérieur du bâtiment, l’aquarium aux sculptures légères, vivier de poissons-pilotes, veille au bon déroulement du voyage, aller-retour entre Orient et Occident, à travers les œuvres de 1960 à nos jours créées par les artistes contemporains. A la tête du navire, le groupe LVMH, s’imposant à coup de luxe, de conférenciers encostumés, de murs blancs, esthétique épurée, aseptisée. Echappatoire à la puissance économique écrasante, les mystérieuses grottes sous-marines, au sous-sol du musée, invitent au repos. L’œuvre contemplative « Inside the horizon » composée de quarante-trois panneaux-miroirs exhortant à la recherche du point focal, propose une promenade réflexive accompagnée par le bruit des cascades, ouverture sur les trésors dorés de l’Atlantide.

Le Château ambulant, film réalisé par Hayao Miyazaki, 2005.
Le Château ambulant, film réalisé par Hayao Miyazaki, 2005.